Livraison offerte dès 180€ d'achat (en France)

VACANCES ❄️ du 25 février au 3 mars

Les Commandes jusqu’au 23 février au soir seront traitées avant les vacances

Votre panier

Votre panier est actuellement vide.

[𝖢𝖤𝖯𝖠𝖦𝖤] Viognier

[𝖢𝖤𝖯𝖠𝖦𝖤] Viognier

Si l’origine de certains cépages est confuse, pour le viognier, pas de doute: il est originaire de la vallée du Rhône septentrionale ; principalement sur les appellations Condrieu, Château Grillet (voire Côte rôtie).

Légèrement cotonneux quand il est jeune, ce cépage se pare de feuilles vertes claires de taille moyenne et en forme d’anneaux avec 3 ou 5 lobes.

Ses grappes en forme de cônes, parfois ailées, sont de tailles plutôt moyennes et se composent de petits raisins compacts qui prendront une couleur ambrée/dorée une fois mûrs.

Aussi rustique que sensible, ce cépage joue sur les paradoxes. Il craint par exemple la chaleur, mais à besoin de beaucoup de soleil pour développer ses arômes. C’est d’ailleurs pour cela qu’il se plaît sur des sols profonds, lui permettant de plonger ses racines et d’éviter de subir les sécheresses.

Hâtif, il craint les gelées, mais est robuste face au maladie et à la pourriture grise.

 

📍 Mono-cépage pour l'appellation Condrieu et Château Grillet, on le retrouve principalement dans la vallée du Rhône (Côte Rôtie) et un peu dans le Midi

 

 

Autrefois vinifié en vin doux, le Viognier est désormais surtout travaillé en vin sec. Il donne des vins blancs secs avec beaucoup d’onctuosités et de gras, lui conférant de la souplesse et de la rondeur.

Selon comment il est travaillé, il peut développer de nombreux arômes de fleurs (chèvrefeuille, fleurs d’aubépine, d'acacia, d’amandier, de tilleul, violette, etc…) de fruits jaunes (coings, pêche, etc…), d’agrumes (citron vert), de fruits exotiques (ananas, mangue) voire de miel ou de notes grillées (fruits secs, pains d’épices, etc…)

 

 

 

Petite anecdote? 

Ce cépage a failli complètement disparaître.

Originaire d’une toute petite surface autour de Condrieu, sur des pentes abruptes, demandant un entretien perpétuel pour maintenir les terrasses écrasées par la chaleur, ses conditions de viticulture étaient éreintantes.

A cela s’est ajouté le Phylloxera, la guerre 14-18 et l'industrialisation post guerre dans cette région, si bien qu’il fut délaissé (8 ha restant en 1965)… avant de renaître véritablement au milieu des années 80, puis de reconquérir une grosse partie de sa surface initiale et de conquérir d’autres zones dans le Midi. 

 

 

Sources (autre que moi) :

  • dico du vin
  • le figaro vin
Article précédent
Article suivant